Exposition Viollet Le Duc

Quiconque est allé à Moulins admirer ce chef d’oeuvre qu’est le Tryptique de la Vierge en Gloire (et si tel n’est pas votre cas, réparez au plus vite ce dommage…) sait ce que la cathédrale Notre-Dame doit à l’influence de Viollet Le Duc.

En effet, lorsque l’édifice ancien fut érigé en cathédrale en 1823, puisque Moulins devenait siège de l’évêché, l’évêque Mgr de Dreux-Brezé voulut faire procéder à un agrandissement de la collégiale. Il confia ce projet à un architecte célèbre, Jean Baptiste Lassus, excellent spécialiste de l’architecture médiévale.

viollet-2

Le chantier commença en 1854, après que Napoléon III ait débloqué le financement nécessaire car ce travail exigeait des fouilles importantes. Mais les travaux furent lents, et la mort de Lassus, à Vichy en 1857, n’arrangea rien. Deux ans après, Viollet Le Duc, inspecteur officiel des édifices diocésains, vint inspecter les travaux. Les deux hommes se connaissaient bien pour avoir ensemble contribué à la restauration de Notre-Dame de Paris.

Viollet Le Duc s’inquiéta de la qualité de la pierre utilisée à Moulins. Il fallut revoir le projet initial et l’on fit venir deux types de pierre : le calcaire de Chauvigny et l’andésite de Volvic.

viollet-3

L’agrandissement, qualifié de “néo-gothique du XIIIe” fut largement critiqué ! Il n’empêche que Viollet le Duc permit l’achèvement des travaux, ajouta plusieurs idées à l’intérieur et donna, au final, un style original à ce monument qui ne sont pas sans rappeler les restaurations qu’il a aussi effectuées à Gênes ou à Sienne, dont les façades bicolores rappellent celle de Moulins.

À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance d’Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), La Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris consacre une grande exposition à Viollet Le Duc et c’est justice tant ce personnage doté d’une riche personnalité présente un talent aux multiples facettes : théoricien, historien, architecte, savant, fondateur de musée, amateur de voyages et surtout, prodigieux dessinateur. Ses dessins aquarellés, reproduisant de nombreux monuments tant en France, en Espagne, en Italie, sont de pures merveilles !

Malgré des polémiques, ses travaux de restauration et son œuvre font toujours référence pour les professionnels de l’architecture et son génie a marqué l’histoire de l’art et de l’architecture du Moyen Âge. Longtemps, les historiens se sont attachés à mettre en perspective sa science archéologique, sa doctrine en matière de restauration et son activité au service du patrimoine.

Viollet Le Duc reste donc une figure majeure du XIXe siècle français et Moulins peut s’enorgueillir d’avoir profité de son génie.

L’exposition dure jusqu’au 9 mars 2015.
Voir le site citechaillot.fr

 

Hélène Renard