Le cerf ailé

Jean-François Viple, dans la thèse qu’il a consacrée à la Sociologie politique dans l’Allier sous la troisième République[1] présente les particularités bourbonnaises. Selon lui :

« L’Allier n’est pas un pays révolutionnaire, mais plutôt un pays de « réformistes catégoriques ». Il s’agit de gens à principes qui, une fois adoptés ces principes comprennent assez mal qu’on n’essaye pas de les appliquer, au besoin en les adaptant à une situation de fait. Cette attitude d’esprit comporte deux pôles d’attirance : un idéalisme scrupuleux et maintenu, un réalisme méthodique et presque méticuleux. [2]»

C’est pourquoi nous n’avons jamais été d’accord avec les thèses de Jean Gravier exprimées dans son livre paru en 1947 Paris et le désert français.

Pourquoi ?

Parce que nous avons, comme chaque département français, une âme, des spécificités…. comme un drapeau, notre cerf ailé, comme une explication de caractère celle de réformistes catégoriques.

Nous l’avons montré génération après génération et pour la nôtre, dans les Conseils municipaux, Conseil général, au Sénat, dans les Associations auxquelles nous avons participé et même, au sommet à l’Institut de France. D’ailleurs, deux Présidents du Conseil général ont été membre de l’Académie des Sciences morales et politiques l’un Antoine DESTUTT DE TRACY en 1795 (Institut de France) et 1832 (ASMP) et votre serviteur depuis 1991.

Enfin, Michel Serres vint, avec son fameux petit livre « Petite Poucette ».

Ce fut un émerveillement et c’est grâce à lui que mes amis et moi-même avons décidé de créer ce site Dialogues d’Avenir.

 

Voici le cerf ailé qui depuis des siècles représente l’âme bourbonnaise

Quelques références historiques

Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois et même les Bourbons eurent le souci permanent de justifier les liens de parenté qui unissaient chacune de leurs familles à la dynastie précédente. La continuité parfaite de la lignée royale devait être assurée pour que la représentativité et le pouvoir thaumaturgique soient conservés à tous les descendants du même ancêtre.

cerf1

Grandes Chroniques de France – Saint Louis et Saint Denis BnF, Ms. fr. 2608. fol. 1. (bas de la page)

cerf2

On trouve l’image du Cerf Volant sur de nombreux monuments dont furent propriétaires les ducs de Bourbon.

http://musee-anne-de-beaujeu.cg03.fr/autrefch3.htm

 

Déjà dans l’Antiquité, on vantait la vélocité extrême du cerf : Lucrèce, Virgile, Ovide parlaient de cervi alipedes ou de cervi volucres. Ses ailes imaginaires le rendaient plus rapide encore ; elles accentuaient son caractère d’animal surnaturel. Dans la littérature médiévale, le cerf conduisait les morts vers l’Autre monde ; il entraînait les héros pour leur révéler des vérités cachées ou les guider vers une destination enchantée.

Il semble que Charles VI ait emprunté à son oncle, Louis II de Bourbon (1337-1410), l’emblème du cerf ailé que celui-ci avait sans doute emprunté en Angleterre et qu’il utilisait « n’ayant mot aucun qui lui donnast lumière ».

 



[1] Jean-François Viple, Sociologie politique de l’Allier- Libraire générale de Droit et de Jurisprudence- Paris 1967 (p.306)

[2] Mais n’oublions pas la passion de cette province pour la liberté. Il y eut un régiment du Bourbonnais engagé dans la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Et lors du coup d’Etat du 2 décembre 1851, l’Allier fut l’un des rares départements à « bouger ».